Témoignage d’une fistuleuse

0
472

30 femmes fistuleuses venues de plusieurs localités du pays ont suivi des interventions chirurgicales grâce au soutien du programme national de lutte contre l’excision (PNLE). Cette opération, financée par le centre de la CEDEAO pour le développement du genre, s’inscrit dans le cadre d’une campagne de prise en charge des femmes victimes de la pratique de l’excision. Maria Traoré est l’une de ces victimes qui a bénéficié d’un traitement. Elle a accepté de témoigner.

L’excision serait elle à la base de cette maladie ?

Bien sur, l’excision est néfaste, elle provoque beaucoup de dégât, elle provoque la non rétention de l’urine. Elle est mauvaise parce qu’elle a provoqué chez moi pendant l’accouchement la fistule. J’ai contacté les médecins qui m’ont mit à la disposition du PNLE.

Comment la maladie a été traitée?

J’ai subie une intervention chirurgicale à l’hôpital, à la suite de laquelle cela a diminué peu à peu le mal. Cette maladie met l’être humain en retard, car tes mouvements sont diminués. Cette maladie provoque un grand handicap chez l’individu, ce qui l’’empêche de fréquenter les milieux populaires. L’odeur de l’urine désagréable est assez gênante quand on est fistuleuse. Il faut donc contacter le PNLE qui peut vous accompagner pour les soins. C’est ma deuxième fois d’être prise en charge. L’écoulement de l’urine a beaucoup diminué. En vérité on doit se donner la main pour éradiquer l’excision. Avec la sensibilisation je pense que le phénomène va diminuer petit à petit.

LAISSER UN MESSAGE