Femme, «être inférieure» ou «jardin de la vie»

5
1729

Depuis la nuit des temps, la femme est considérée par bon nombre, de la gent masculine, comme être inférieur. Qu’elles soient épouses, sœurs, nièces, mères, une majorité de femmes souffre de ce lancinant préjugé séculaire. Notre site maliennemoi, à travers cette histoire, a décidé de redonner l’espoir et le sourire, à toutes les femmes battantes victimes de cette idéologie datant d’une autre époque. C’est l’histoire d’une mère et d’un fils fraichement devenu Roi. La mère, assise dans la cour royale, assiste à une scène où son fils traite avec une condescendance non dissimulée, sa femme d’ « être inférieur ». Sourire aux lèvres, elle réplique avec une douceur mélancolique, dont seules, les femmes ont le secret

Je constate que toi aussi, comme tout ceux de ton sexe, tu te fais une mauvaise opinion de la femme. Pour les hommes, la femme est une «  force  » inferieure. Oh ! Je n’essayerai pas de te faire changer cette opinion établie depuis l’origine de la vie. Je voudrais néanmoins te dire ce qu’en réalité nous sommes, nous, les femmes, dans la société, dans le temps et dans l’espace.

Comme tu ne le sais certainement pas encore, je dois t’apprendre que, qui dit femme, dit charme, caresse, ornement, fleur, consolation, douceur et paix. La femme irrite, énerve, excite et calme l’homme et le console dans ses moments les plus difficiles. Elle dirige l’homme. Par un seul de ses regards, par son sourire ou son mécontentement, d’un seul geste, elle peut bouleverser ou consolider la société la mieux organisée, provoquer ou arrêter des assassinats et des guerres susciter les héroïsmes les plus sublimes. Elle peut annihiler la puissance de toute la magie millénaire. Rien qu’avec une imposition de sa petite main. Je ne peux t’en dire d’avantage. Elle fait disparaitre les effets nocifs du venin et du totem les plus redoutables. L’homme, épave passive, obéit à toutes ses fantaisies, à toutes ses excentricités.

Tout ceci n’est rien encore en comparaison de ses attributs créateurs. Dans la procréation, la femme détient la plus grande responsabilité. N’était-elle pas en effet, le gîte, le foyer de l’œuf géniteur ? Mère, elle est incontestablement l’agent intermédiaire entre la «  force suprême  » et la création. L’homme, lui encore une fois, n’est ici qu’un apport secondaire pour la multiplication du genre humain.

Qu’est-ce qu’il y a de plus divin, de plus grand et de plus beau que de créer ?            La femme conçoit, ou si tu préfères, elle crée en quelque sorte. Pendant neuf mois, elle porte en son sein, nourrit de son sang et de sa chaleur le fœtus qui, une fois né, aura encore besoin de sa tendresse, de son lait, de ses soins les plus sublimes.

Avoue, mon fils que la femme a un rôle de premier plan, presque égale à la « force suprême  ».                                                                                                         Pourquoi, dans ces conditions, l’homme engendré et nourrit par elle, qui lui doit tout, qui n’a qu’un rôle secondaire de soutien dans la famille, dans le clan, la traite-t-il en être insignifiant et inferieur ? Non, la femme est autre qu’une force inferieure.    Si elle semble le faire croire à l’orgueil de l’homme trop égoïste, c’est qu’elle se sent très supérieur à lui et, comme le TOUT- PUISSANT qui tolère les insolences de ses créatures, elle attend son heure pour prouver sa suprématie indiscutable.                 Par la complexité physiologique de tout son être, par la délicatesse biologique de sa nature, la femme est le «  jardin » de la vie. Elle est la parure de la nature et la sœur puinée de Dieu tandis que l’homme n’en est que le neveu.

Pendant un certain temps la mère et le fils se considèrent, les yeux dans les yeux semblant se jauger, et finirent par se sourire :

C’est très bien, maman, conclut le garçon. Très bien. Reste donc comme sœur puiné de M’poungou (Dieu), l’âme et la sagesse de la vie ; moi, j’en serai l’esprit et la fouge animateurs.

                      

 

 

 

 

 

 

5 COMMENTAIRES

    • Brahima je pense que tu n’as pas vrament compris le sens de cette phrase…Derrière un grand homme se trouve tjrs une grande dame…cela veut dire tt simplement que cest grace à cette GRANDE DAME que cet homme est devenu GRAND!!…Medites là dessus un peu plus

LAISSER UN MESSAGE